Liste de produits par fabricant Vandoren

Depuis 1905, la famille Van Doren fabrique des anches et des becs.

Les ateliers sont situés à Bormes-les-Mimosas, près des roselières. Les locaux parisiens accueillent les musiciens français et étrangers : studios d’essais, espace partitions spécialisé, salle de cours d’interprétation.

Depuis 1905, la famille Van Doren fabrique des anches et des becs.



A la Belle Epoque, Eugène Van Doren est petite clarinette à l’Opéra de Paris. C’est une époque
où les instrumentistes à vent font leurs anches à la main, avec plus ou moins de bonheur. Eugène Van Doren, lui, a une grande habileté et ses anches “sonnent ” si bien que ses collègues apprécient lorsqu’il accepte de leur en céder quelques-unes.



Mais faire des anches à la main est long et fastidieux. Il met son habileté et son génie de la mécanique à contribution et conçoit, pour épargner son temps, une machine, actionnée au pied comme une machine à coudre.
Les anches qu’il fabrique avec sa machine dans sa salle à manger de la rue André del Sarte ont tout de suite beaucoup de succès et, en 1905 (l’année de la naissance de son fils), il fonde au 51 de la rue Lepic une fabrique d’anches qui lui prendra désormais plus de temps que la pratique de la clarinette.
Son fils Robert étudie la clarinette et obtient un Premier Prix au Conservatoire de Paris. Il pense à une carrière de musicien et, en 1928, part pour une tournée d’un an aux Etats-Unis où il se fera remarquer pour la qualité de sa sonorité.
Il sera d’ailleurs l’un des premiers clarinettistes français à jouer en soliste à Radio-City, la fameuse station de radio
new yorkaise. C’est à cette occasion que l’Amérique fera connaissance avec les anches Vandoren qui ne cesseront d’affirmer, au cours des années, leur succès auprès des professionnels de ce continent.



Le développement de la société amène également Robert Van Doren à se consacrer plus à la fabrication des anches qu’à sa carrière de musicien. Bientôt, il devient l’animateur de la maison et, en 1935, acquiert un terrain vague au 56, rue Lepic, adresse actuelle de la Société Vandoren. C’est à peu près à la même époque que Robert Van Doren commercialisera un bec, fruit de ses recherches : le fameux 5RV qui connait toujours un formidable succès auprès des professionnels.



La troisième génération arrive dans la maison en 1967, avec Bernard Van Doren, qui a hérité du génie de la mécanique de son grand-père. Sous son impulsion naît une génération de becs dont le modèle de base est le B45, devenu aussi célèbre que le 5RV.



Sur le principe de fabrication imaginé par son aïeul, Bernard Van Doren développe des machines ultra-perfectionnées
qui font descendre les tolérances de fabrication en dessous du 1/100e de mm et qui permettent de décupler la production. Les ateliers situés autrefois au pied de Montmartre ont été transférés, en 1990, à Bormes-les-Mimosas, près des roselières. Les locaux parisiens ont pu ainsi être transformés pour accueillir les musiciens français et étrangers : studios d’essais, espace partitions spécialisé, salle de cours d’interprétation.

Détails
1 - 24 sur 282 articles
J'ai compris

En poursuivant votre navigation sur Becsetanches.com, vous acceptez l'utilisation de cookies pour ce site.